Advertisment

Jour 4 : Départ de San Francisco, direction Yosemite Park

C’est une nouvelle journée qui commence dans notre roadtrip en Californie. Mais cette journée est différente des autres puisque nous allons récupérer notre voiture et prendre la route. C’est là que le mot roadtrip prend enfin tout son sens. Aujourd’hui, on quitte San Francisco pour partir vers le Parc Yosemite.

On se réveille donc pour la dernière fois dans notre hôtel de San Francisco. Nous engloutissons notre petit-déjeuner puis passons rapidement à la réception pour faire notre check out. La réceptionniste, adorable, était particulièrement enthousiaste lorsque nous lui avons décris notre voyage : « Awww please, take me with you ». Désolé mais it’s not possible. It’s a roadtrip en amoureux.

Récupérer notre voiture de location chez Alamo

Il est déjà 10 heures passées quand nous partons en direction du loueur de voiture Alamo, là où notre voiture nous attend. Évidemment, nous ne sommes pas seuls sur le coup et beaucoup de personnes sont également là pour récupérer leur véhicule si bien que les employés d’Alamo sont rapidement sous l’eau que l’attente s’allonge. Une heure plus tard, on nous donne enfin la clé de notre véhicule. Notre voiture nous attend au troisième étage d’un parking situé de l’autre côté de la rue.

Nous nous dirigeons donc vers le troisième étage du parking et là, petite frayeur : les voitures présentes sont assez petites et on commence à se dire que l’on va repartir avec une petite voiture alors qu’on devait avoir un Mid SUV. On appuie sur le bip-bip de la clé et on entend le bruit d’une voiture que l’on ne voyait pas à cause d’une poutre. Et là, notre regard s’illumine, notre voiture pour ce roadtrip en Californie sera donc une Jeep Cherokee blanche bien plus grande que ma Twingo habituelle. Elle se cachait la coquine. Ni une, ni deux, nous mettons nos affaires dans le grand coffre, faisons un rapide tour de la voiture pour vérifier son état et prenons la route.

Conduire une voiture automatique

Sauf que… encore faut-il savoir conduire une voiture automatique, ce qui n’est pas mon cas. Et donc, l’absence de la pédale d’embrayage a été assez difficile pour moi. Prendre de nouvelles habitudes comme poser son pied gauche et ne pas le bouger n’est pas évident. Il faut aussi prendre ses marques, gérer la puissance des freins, bref sortir de ce parking est loin d’être fluide. Surtout qu’il faut commencer par quitter le centre-ville de San Francisco et que, comme tout centre-ville qui se respecte, il y a pas mal de circulation. Il faut aussi faire attention aux cable-car qui ont la priorité sur les voitures.  Enfin, il faut intégrer qu’aux feux rouges, on peut tourner à droite si personne n’arrive de gauche.

Bref, tout un tas de petites choses qui font que la conduite aux États-Unis diffère un peu de la France. Je vous ai préparé un petit article qui liste toutes les choses qu'il faut savoir pour prendre la route dans le pays de l'oncle Sam sans stresser.

Je me rappelle notamment de ce moment ou j’ai freiné sèchement en plein milieu d’un carrefour à San Francisco parce que je voulais passer la seconde. Heureusement qu’il n’y avait personne derrière moi à ce moment-là sinon il y aurait certainement eu un accrochage. C’était aussi le moment de brancher mon fidèle GPS et de voir si la carte USA que j’avais achetée avant de partir était bien reconnue. C’est tout bon, je rentre la direction de Yosemite Park et c’est parti pour plusieurs heures de route !

Route pour quitter San Francisco

Premières sensations de route en quittant San Francisco

Nous prenons la route en direction de Yosemite Park. Après être sortis de San Francisco, nous avons récupéré l’autoroute en direction d’Oakland. Nous aurions bien fait un détour par Berkeley pour visiter l’université mais le temps nous manquait déjà. J’aurai bien voulu voir de mes yeux un vrai campus américain, comme dans les séries. Tant pis, ce sera pour une prochaine fois.

Nous avons aussi pu constater que, non, ce n’était pas une légende : les américains ont bel et bien compris que la meilleure manière d’aller d’un point A à un point B c’était la ligne droite. Une fois en dehors de San Francisco, les routes sont très agréables car très larges à cause des voitures. Le paysage est assez aride mais il évolue tout au long du trajet.

Vers 13h30, nous nous sommes arrêtés pour manger encore un fois au In’n Out pas très loin de la ville de Tracy. Un bon burger qui cale bien.

Sur la route vers Yosemite Park

Un peu plus loin, la route a vraiment commencé à changer. Les paysages sont passés de plaines à collines puis à falaises et les pins ont fait leur apparition, signe que Yosemite Park n’est plus très loin. Je crois que ce tronçon de route a été l’un des plus agréables que j’ai fait, même si c’est aussi l’émotion des premières heures de route en Californie. Nous étions pratiquement seuls sur de grandes lignes droites, la musique à fond dans la voiture. Il faisait beau temps, chaud et la voiture était un vrai bonheur à conduire. D’ailleurs, pour ceux qui voudraient faire un roadtrip, n’ayez pas peur de la route. Si vous aimez conduire en règle générale, vous adorerez conduire en Californie.

Bienvenue à Yosemite Park !

Vers 15h30, nous passons devant notre futur hôtel situé à une vingtaine de kilomètres de l’entrée sud de Yosemite Park mais nous ne nous y arrêtons pas. Il nous reste encore du temps pour aller faire un tour dans le parc avant de faire le check-in. Aux alentours de 16 heures, nous arrivons devant les cabanes des rangers qui font office de péage. Le prix est de 30$ par véhicule, peut importe le nombre de passagers et le ticket est valable 7 jours. Si vous prévoyez de visiter plusieurs parcs nationaux, il peut être judicieux d’opter pour le Pass America The Beautiful qui coûte 80$ (à préciser au ranger).

Mais ne croyez pas nous sommes arrivés. Non, non, non, nous sommes arrivés à Yosemite Park mais pas à notre point de destination. La plupart des choses intéressantes à voir sont à plus de 50 km de l’entrée et il faut conduire dans des routes sinueuses et haut perchées.

Glacier Point, un point de vue à ne pas louper

Comme la journée est déjà bien avancée, nous décidons d’aller à Glacier Point, un point de vue excentré de Yosemite Valley (que nous visiterons le lendemain). La route monte pas mal. Rapidement, notre radio ne capte plus grand chose et le réseau téléphonique est aux abonnés absents. Autant vous dire qu’il faut bien veiller à faire le plein avant de rentrer dans le parc car les stations services sont rares et les prix sont élevés.

Comme je m’y attendais, on se prend claque sur claque au niveau des paysages. Tout est démesuré mais tellement verdoyant. On sent que l’homme n’a pas encore complètement la main mise sur cet endroit où les falaises sont gigantesques. Nous arrivons enfin à Glacier Point et pouvons apprécier une vue splendide. Nous sommes à environ 2200 mètres d’altitude. En contrebas se trouvent des milliers de pins et de sequoias, plusieurs cascades et le Half Dome qui est juste devant nous. Tout est très silencieux si l’on exclut les autres touristes, tous armés de leur perche à selfie et de leurs appareils photos. D’ailleurs, tout le monde fait la queue pour poser sur le super rocher qui permet de donner l’impression qu’on domine le monde.

Il est déjà 17h30 et nous devons revenir sur nos pas. Nous avons mis une bonne heure pour faire les 50km en direction de Glacier Point et il nous faudra le même temps pour nous diriger vers l’hôtel. Surtout, il vaut mieux ne pas laisser la nuit arriver car la route peut devenir dangereuse.

Retour à l’hôtel pour un repos bien mérité

Nous arrivons ensuite dans notre hôtel : le Yosemite Southgate Hotel à Oakhurst. Certains trouveront certainement que la décoration n’est pas super moderne, c’est vrai. Mais la chambre était juste énorme et super confortable avec un lit King Size tellement moelleux.

L’hôtel permet de bénéficier de quelques réductions sur des restaurants qui se trouvent aux alentours, aussi, nous sommes allés chez Denny’s, une chaine de dinners qui deviendra rapidement notre meilleure amie. Histoire d’avoir bonne conscience, nous commandons deux salades qui sont arrivées en généreuse quantité et avec la bonne dose de sauce (à verser soi-même). Ah, et juste pour préciser, je n’ai pratiquement pris aucune photo de ce qu’on a mangé tout au long du voyage. J’avais bien trop faim pour sortir mon appareil photo. Donc pas de food porn ici (ou alors très peu).

Le ventre bien rempli, c’est déjà l’heure d’aller tester ce fameux lit King Size pour nous reposer. Surtout que le lendemain, nous retournons à Yosemite Park pour découvrir une autre partie de ce parc national.

Micaël Ribeiro
Micaël Ribeiro
Créateur et rédacteur du blog Mika's Happy Journey, je voyage depuis plus de 10 ans dans toute l'Europe et aux États-Unis et je partage ici mes expériences, mes adresses préférées et mes conseils.

Autres articles

Plus d'articles

Roadtrip ouest américain #6 : que faire entre Zion...

Après une journée incroyable passée dans le parc de Zion, il est temps de...

Roadtrip ouest américain #5 : notre coup de cœur...

https://www.youtube.com/watch?v=Bq9OOs8pchc Nouvelle étape dans notre roadtrip dans l'ouest américain ! Après une journée sous la...

Roadtrip ouest américain #4 : on visite Valley of...

https://www.youtube.com/watch?v=Bq9OOs8pchc Après deux jours entiers passés à Las Vegas, il est temps de partir en...

Visiter Tallinn à Noël : la pépite balte

Le mois dernier, je publiais mon article sur ma découverte d'Helsinki à Noël mais...

Visiter Helsinki à Noël : pour une atmosphère douce

Après avoir découvert Oslo et Stockholm à la période de Noël, il était évident...

Roadtrip ouest américain #3 : que voir à Las...

https://www.youtube.com/watch?v=Bq9OOs8pchc Après une journée passée sur la route entre Los Angeles et Las Vegas, nous...

Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.