Advertisment

Jour 5 – Partie 1 : Yosemite Valley, Lower Falls et Mirror Lake

J’avais l’intention de raconter l’intégralité de ce cinquième jour de roadtrip en une fois mais en écrivant, je me suis rendu compte l’article final serait vraiment trop long. J’ai donc préféré le couper en deux parties avec un premier article dédié à Yosemite Valley et un deuxième à la traversée de Tioga Road.

Après une bonne nuit passée dans un lit king size extrêmement confortable, il est déjà l’heure de se lever. En effet, on ne doit pas trainer au lit trop longtemps car une journée bien remplie nous attend. Nous devons partir découvrir le parc Yosemite plus en profondeur puis prendre la route et parcourir 225 km jusqu’à notre prochain point de chute.

Préparatifs avant de rentrer dans Yosemite Park

Première chose que nous faisons : prendre un petit déjeuner. L’hôtel propose le même buffet que celui que nous avions à San Francisco, avec les mêmes marques de produits laitiers ou de confitures. À croire qu’ils ont tous les mêmes fournisseurs. Mais ne nous plaignons pas trop car il y avait, en plus des viennoiseries,
des gaufres à faire soi-même, des yaourts, des tartines… bref, de quoi bien se remplir le ventre avant de partir.

Une fois les formalités de l’hôtel réglées par une réceptionniste qui ressemblait à Maïté (mais en moins agressive), nous sommes partis en direction de la zone commerciale de la ville de Oakhurst pour faire quelques courses et mettre de l’essence. Car à partir de maintenant, on souhaite avoir de l’eau en permanence avec nous en cas de besoin et aussi de quoi nous caler en cas de petit creux.

Nous nous dirigeons donc vers un hypermarché de la marque Raley’s pour acheter de quoi pique-niquer le midi (c’est-à-dire des salades pour se donner bonne conscience après avoir mangé comme des gros la veille), de l’eau, des fruits et quelques trucs sucrés au cas où.

Faire le plein de notre Jeep

Puis c’est le moment de mettre de l’essence dans une station service juste à côté de l’hypermarché. Je vais être honnête : avant de partir, j’avais lu énormément de choses sur comment faire le plein d’essence aux États-Unis mais j’avais l’impression de ne pas comprendre grand chose. Maintenant que je suis là, je peux le confirmer : oui, je n’ai en effet rien compris.

Mon premier réflexe est d’aller voir derrière le couvercle de l’essence pour savoir quoi mettre dans cette Jeep. Manque de bol pour moi, il n’y a rien d’écrit. Et puis les pompes n’indiquent pas la marche à suivre. Je décide donc d’aller dans le magasin de la station, plein de courage, pour demander de l’aide au caissier avec comme phrase d’introduction « I need your help ! ». Je lui explique tant bien que mal que je n’ai jamais mis de l’essence aux États-Unis et que je suis complètement perdu.

Je suis tombé sur un caissier vraiment sympa (Ron, tu ne passeras jamais par ici mais merci beaucoup) qui m’a expliqué en détail la marche à suivre, ce qui m’a été utile pour tout le reste du voyage. Et évidemment, je vais partager ces infos avec vous.

Pour mettre de l’essence aux États-Unis, vous avez généralement deux manières de faire : soit vous payez avec votre carte bancaire à la pompe si cette dernière est équipée d’un lecteur de carte, soit vous allez payer en caisse. Il faut savoir que cela ne fonctionne pas comme en France dans cette seconde situation. En effet, vous devez payer avant de vous servir et estimer combien vous voulez payer pour faire le plein. Par exemple, si vous pensez que vous avez besoin de 30 $, vous allez aller en caisse payer 30 $ puis vous revenez à la pompe pour remplir votre réservoir. Si vous ne dépensez pas toute la somme, le reste vous est restitué sur votre carte (ou en espèces si vous avez payé en liquide). En tant que touriste, j’ai principalement préféré aller à la caisse car les bornes de CB à la pompe peuvent demander un code postal et, n’ayant pas de code postal américain, je me suis parfois retrouvé bloqué.

Si cela peut vous servir, voici ma phrase type pour demander de l’essence à la caisse : « I would like (montant) dollars on pump (numéro de la pompe) » C’est un réflexe à prendre mais on s’y fait assez rapidement.

Direction Yosemite Valley

Après ce blabla sur comment mettre de l’essence, nous reprenons la route en direction de Yosemite Park. On refait un petit coucou à notre ranger qui nous laisse passer grâce au billet acheté la veille et nous continuons la route à travers les séquoias. Nous arrivons au croisement de la route que nous avons pris hier pour aller vers Glacier Point et prenons cette fois-ci l’autre route en direction de Yosemite Valley.

Comme la veille, les paysages sont tout simplement grandioses. On est émerveillés (voire apeurés) par les falaises et le vide mais aussi par la forêt très dense à perte de vue. Puis soudain, nous passons par un tunnel. Et à la sortie, on se prend une énorme claque visuelle. Nous sommes à Tunnel View, un point de vue très connu qui permet d’admirer la vallée de Yosemite mais d’en bas contrairement à Glacier Point. Le paysage est magique, on se sent vraiment tout petit face à l’immensité de cette nature. Tout est très calme, très grand, bref, c’est l’un des plus beaux paysages que j’ai pu voir pendant ce roadtrip et je pense que je me souviendrais toujours du “wouaaah” que j’ai fait en arrivant là.

Tunnel view Yosemite

Après une petite pause pour profiter de la vue, nous continuons notre route et arrivons à Yosemite Valley, le cœur du parc et l’endroit où vont la grande majorité des touristes. Première étape, trouver une place dans un parking bondé. Il est environ 12h et on est en plein mois d’août, autant vous dire que les conditions pour qu’on se gare rapidement ne sont pas réunies.

On profite de l’attente pour déjeuner dans la voiture (une bonne salade et sa montagne de sauce, vraiment, on ne s’y fait pas) et, victoire, une place se libère. Il est déjà presque 14 heures quand nous sortons de la voiture et nous dirigeons vers la navette qui nous emmène vers les différents arrêts du parc.

Yosemite Valley fonctionne avec un système de bus qui vous emmène d’un point à un autre. Il y a en tout une vingtaine d’arrêts qui correspondent à autant de choses à voir, parfois juste des points de vue et parfois des randonnées. Comme nous n’avons que l’après-midi pour profiter de Yosemite, nous avons choisi de voir les choses les plus accessibles.

Yosemite Valley : à la découverte de Lower Falls

On prend la navette et on fait un stop à l’arrêt n°6. Yosemite est connu pour ses chutes d’eau et ses cascades. Malheureusement, l’été n’est pas la meilleure saison pour en profiter car elles peuvent être à sec. Nous choisissons d’aller voir les plus petites appelées Yosemite Lower Falls qui ne nécessitent que 15 minutes de marche. Le chemin, plat, traverse la forêt et nous donne l’occasion de croiser pas mal d’écureuils curieux et pas du tout farouches. Même s’il est interdit de les toucher ou de leur donner à manger, beaucoup s’en moquent et font tout pour avoir qu’ils s’approchent et pouvoir les prendre en photo. Nous arrivons ensuite à ces chutes qui, même si elles sont petites, restent impressionnantes par leur hauteur. Il n’y a qu’un filet d’eau qui tombe mais nous nous y étions préparés et cela ne gâche rien à notre balade.

Yosemite Valley : un tour à Mirror Lake

On reprend la navette jusqu’à l’Arrêt n°21 : un arrêt qui me tenait particulièrement à cœur. Il permet d’accéder à Mirror Lake. Il faut faire une petite randonnée d’une heure aller-retour qui permet de remonter une rivière qui donne sur un lac dont le paysage se reflète dedans. Sur le papier ça a l’air très prometteur.

Malheureusement, une fois arrivés sur place, c’est une vraie déception. Comme c’est l’été et qu’il fait très chaud, le lac est pratiquement sec, à tel point que l’on peut carrément marcher dedans. C’est vraiment dommage car le paysage autour est grandiose. On est entourés de falaises qui doivent être magnifiques quand elles se reflètent dans l’eau. J’ai du mal à masquer ma déception car j’avais vraiment envie de voir le même paysage que j’avais vu sur internet. Tant pis, ce ne sera pas pour cette fois-ci.

Nous repartons en direction de l’arrêt de bus pour prendre la navette puis pour retourner au parking (non sans avoir vu Bambi et sa maman traverser la route devant le bus). Il est déjà 17 heures et nous avons encore 150 km à parcourir en passant par Tioga Road, une route qui traverse le parc en direction de Mammoth Lakes. J’avais beaucoup d’attentes sur cette route réputée comme étant magnifique et ce que je peux vous dire, c’est que je ne vais pas être déçu.

Micaël Ribeiro
Micaël Ribeiro
Créateur et rédacteur du blog Mika's Happy Journey, je voyage depuis plus de 10 ans dans toute l'Europe et aux États-Unis et je partage ici mes expériences, mes adresses préférées et mes conseils.

Autres articles

Plus d'articles

Roadtrip ouest américain #7 : une journée presque parfaite...

Zion a été le premier grand parc national que nous avons visité lors de...

Roadtrip ouest américain #6 : que faire entre Zion...

Après une journée incroyable passée dans le parc de Zion, il est temps de...

Roadtrip ouest américain #5 : notre coup de cœur...

https://www.youtube.com/watch?v=Bq9OOs8pchc Nouvelle étape dans notre roadtrip dans l'ouest américain ! Après une journée sous la...

Roadtrip ouest américain #4 : on visite Valley of...

https://www.youtube.com/watch?v=Bq9OOs8pchc Après deux jours entiers passés à Las Vegas, il est temps de partir en...

Visiter Tallinn à Noël : la pépite balte

Le mois dernier, je publiais mon article sur ma découverte d'Helsinki à Noël mais...

Visiter Helsinki à Noël : pour une atmosphère douce

Après avoir découvert Oslo et Stockholm à la période de Noël, il était évident...

Commentaires

  1. Ah, le coup de l’essence… On a bien galéré aussi 😉 J’avais hésité à faire Mirror Lake au Yosemite mais j’avais peur qu’il soit à sec début septembre… Le paysage est très beau quand même!

    • Oui malheureusement l’été n’est pas la meilleure période pour profiter des lacs et des cascades du parc. Mais les paysages sont tellement beaux qu’on ne peut pas regretter d’y être passé. Et ça donnera une énième raison d’y retourner 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.